Accueil  /   Historique

La SPA de Lyon est la plus ancienne association de protection animale du Rhône

Découvrez son histoire en quelques dates…

1853
Création de la S.P.A. de Lyon, le 20 juillet, par le Docteur LORTET qui fut un fervent initiateur des idées de protection dans la Ville de Lyon. Il était également Administrateur des Hospices en 1836, Commandant de la Garde Nationale en 1848, élu Député du Rhône à l’Assemblée Nationale la même année. A l’époque, le siège social de la S.P.A. de Lyon se trouvait au Palais des Arts (ou Palais Saint Pierre) – place des Terreaux. Le premier Conseil d’Administration comprenait le Directeur de l’École Vétérinaire, le Directeur des Abattoirs, des professeurs de la Faculté de Lettres et des Sciences, plusieurs médecins et des Conseillers à la Cour Impériale.

Entre 1860 et 1865
l’association est présidée par le Docteur François Marguerite BARRIER, Chirurgien-Chef de l’Hôtel Dieu, Professeur à l’Ecole de Médecine de Lyon. Très vite, la S.P.A. de Lyon obtient des résultats notamment en matière de protection des animaux de boucherie : – les veaux destinés à l’abattoir étaient transportés sans précaution, jetés les uns sur les autres dans des charrettes. L’arrêté du 14 décembre 1854 prescrit le transport des animaux debout, sans entraves ni ligatures. De plus, il est interdit de les forcer à avaler des quantités d’eau considérables pour augmenter leur poids au moment de la pesée. – les porcs, lors de la pesée, étaient garrottés et suspendus à un crochet à la romaine. L’arrêté du 19 janvier 1856 interdit leur pesée autrement qu’avec des bascules. – tous les jeux publics ayant pour conséquence la mutilation ou la mort d’animaux, quels qu’ils soient, sont interdits par l’arrêt du 18 février 1856. Le 19 janvier 1861, le Sénateur VAYSSE prend un arrêté interdisant la destruction des nids d’oiseaux. Dans le même temps, la S.P.A. de Lyon obtient que des procès-verbaux soient dressés concernant les transports des chevaux, fait interdire un spectacle « pour enfants » montrant des lapins vivants dévorés par des serpents. Elle se préoccupe également du sort des animaux de trait : surcharge des voitures tirées par des chevaux et des ânes, frappés à coups de fouet, procédés d’abattage, et alimentation des sangsues sur des chevaux vivants.

1883
Parution du premier magazine « La Protection des Animaux ».  

1893
La S.P.A. de Lyon est reconnue d’utilité publique ce qui lui permet notamment d’ester en justice et de recevoir des libéralités.

Quelques années plus tard, création du refuge de Montchat, rue Professeur Florence. Au fil des ans, après la construction de l’Hôpital Edouard Herriot, tout proche, le quartier devenant de plus en plus peuplé, on impose au refuge des modifications : les chiens doivent demeurer enfermés dans les boxes, pour limiter le bruit au maximum.

1971
Grâce à l’aide et à la solidarité de nombreux amis des animaux, le refuge de Brignais a pu voir le jour. Sur une superficie d’un hectare, les nouvelles structures permettent d’accueillir chiens et chats dans de bonnes conditions d’hygiène et de confort. Depuis, il a été remanié à plusieurs reprises.

En savoir plus sur le refuge de Brignais

1977
Le Préfet de Police Roger CHAIX nous demande de préparer un texte qui deviendra l’arrêté préfectoral du Rhône sur la protection des animaux. Ce texte, qui contient de nombreuses innovations, sera repris intégralement dans l’arrêté ministériel du 25 octobre 1982 valable sur tout le territoire national.

1983
Amélioration du chauffage dans les boxes grâce à l’installation de « blocs chauffants » dans les boxes permettant ainsi aux pensionnaires d’aller se réchauffer sur cet espace, ou de rester en dehors de cette chaleur.

1984 – 1986
Suite à la construction d’une route traversant le refuge, il a été nécessaire de le réaménager et donc de démolir certains bâtiments et d’en construire de nouveaux.

Un bâtiment spécial « chat » a vu le jour, avec de nettes améliorations pour le bien-être des pensionnaires. Ne disposant auparavant que d’un mètre cube, chaque chat aura, grâce à la construction de ce nouvel espace, un duplex : un mètre cube à l’intérieur avec banquette chauffante, communiquant avec un box de la même taille au dessus, ouvert sur l’extérieur.
Pour accueillir les visiteurs de plus en plus nombreux, le refuge s’est doté d’un terrain qui deviendra un parking.

1988
Création du refuge de Dompierre sur Veyle dans l’Ain.

En savoir plus sur le refuge de Dompierre sur Veyle

1990
Ouverture de la clinique vétérinaire au refuge de Brignais, avec bloc opératoire (notamment pour le tatouage des animaux et la stérilisation des chats), salles de préparation et de réveil, pièce de convalescence. Une infirmerie a été aménagée à proximité pour accueillir les animaux malades ou blessés nécessitant des soins constants.

1993 – 1996
Agrandissement du refuge et de la capacité d’accueil avec la création de nouveaux bâtiments. Construction des boxes extérieurs.

2007
Nouvelle construction au refuge, le bâtiment NAC. C’est un bâtiment spécialement conçu pour accueillir les Nouveaux Animaux de Compagnie, à savoir les rongeurs (cobayes, lapins, hamsters, souris, rats,…) mais aussi les furets. La spécificité de ce bâtiment repose sur la superposition des cages vitrées.